19/10/2017 : La grippe


 

Pensez y à partir du 06 octobre 2016,

la campagne nationale de vaccination anti-grippe reprend.



Que vous apparteniez aux groupes des personnes « fragiles »

bénéficiant d'une prise en charge par l'assurance maladie, ou

non, la vaccination est le meilleur moyen d'éviter cette infection

hivernale.



A cette occasion, notre équipes vous propose quelques petits rappels.

La grippe : qu’est-ce que c’est ?

La grippe (ou influenza) est une maladie causée par un virus qui s\'attaque au système respiratoire. Elle se répercute sur tout l\'organisme. Elle dure normalement de 3 à 7 jours et peut empêcher une personne de mener ses activités quotidiennes.

Ce type de virus change de forme constamment. C’est pourquoi on peut attraper une nouvelle grippe chaque année. Les vaccins doivent être renouvelés pour s’adapter aux nouvelles variantes du virus.

Le froid ne « donne » pas la grippe !

Les Italiens du XIVe siècle croyaient que la grippe était apportée par le froid. Ils l\'avaient donc nommée influenza di fredo. Ils n\'avaient pas tout à fait tort, car dans les zones tempérées des hémisphères Nord et Sud, la grippe se manifeste en effet plus souvent l’hiver. Mais à l’époque, ils ignoraient fort probablement que, dans la zone tropicale, les éclosions de grippe peuvent survenir à n’importe quel moment de l’année (il n’y a pas de saison de la grippe!).

On a longtemps cru que le fait de « prendre froid » réduisait la résistance du corps à la grippe et au rhume. Or, rien n’indique que le froid affaiblit le système immunitaire ou facilite l’entrée du virus dans les voies respiratoires6-9. Si la grippe est plus fréquente l’hiver, il semble plus probable que ce soit attribuable au confinement à l’intérieur des maisons, qui favorise la contagion. De plus, le fait que l’air soit plus sec en hiver facilite aussi la contagion, car les muqueuses du nez s’assèchent. En effet, les muqueuses empêchent l’entrée des microbes de façon plus efficace lorsqu’elles sont humides. En outre, l’air sec de l’hiver faciliterait la survie du virus à l’extérieur du corps23.

Contagion et contamination

Une personne infectée peut être contagieuse le jour précédant ses premiers symptômes et peut transmettre le virus durant 5 à 10 jours. Les enfants sont parfois contagieux durant plus de 10 jours.

La grippe se propage facilement, entre autres par les microgouttelettes contaminées qui sont libérées dans l\'air lorsqu\'on tousse ou qu\'on éternue. Le virus peut aussi se transmettre par la salive. Puisque le virus peut se retrouver rapidement sur le visage et les mains d’une personne grippée, les baisers et les poignées de main aux personnes malades sont à éviter. Il en va de même des objets personnels du malade (brosse à dents, jouets d’enfants, etc.) puisque le virus peut survivre 1 ou 2 jours à la surface d\'un objet.

Complications possibles

Des complications peuvent survenir si la grippe se double d’une autre infection bactérienne, une pneumonie par exemple, ou si elle survient chez une personne qui souffre déjà d’une bronchite, d’une bronchiolite ou de l\'asthme. Elle peut aussi exacerber un trouble cardiaque.

Les individus à la santé plus fragile, comme les personnes âgées et celles qui ont une maladie pulmonaire, sont plus à risque de complications et de décès.

Quand consulter un médecin ?

En présence des symptômes suivants, il est préférable de consulter un médecin afin de détecter et éventuellement traiter les complications qui peuvent survenir.

  • Une fièvre de plus de 38,5 °C durant plus de 72 h.

  • De l’essoufflement au repos.

  • Des douleurs à la poitrine.

 

  28/09/2017 : Nos conseils contre les coups de fatigue.


Pour de nombreuses personnes les fêtes de fin d'année riment avec fatigue!!!

Quand s'ajoutent au manque de soleil et aux tracas du quotidien, la course folle des retrouvailles, les veilles et les abus de table qui vont avec... le corps finit par exprimer son malèse...

Il faut prendre concience que la fatigue alors ressentie « a deux causes : soit le corps est mal nourri, soit il est pollué » par le stress notamment.

S'il convient en premier lieux de veiller à avoir un bon sommeil, il est ainsi recommandé de veiller à ses apports alimentaires pour diversifier les nutriments et parfois même de faire une cure « détox ».

1) Se mettre au sport

C'est quand on commence à se sentir fatigué qu'il faut chausser ses baskets et bouger.

L'activité physique nettoie l'organisme et optimise également les performances et la santé mentales # .

Elle permet enfin de mieux dormir. Paradoxalement, après avoir fait du sport on se sentira moins fatigué.

Idéalement il est conseillé d'avoir 30 minutes d'activité par jour, mais deux fois 45 minutes par semaine est une bonne alternative.

 2) Profiter de la lumière du soleil dès que possible

Nous venons tout juste de dépasser le solstice d'hiver et la durée du jour est encore bien courte. La lumière est une source d'énergie qui revitalise tout notre organisme et stimule la synthèse de la vitamine D. Pour éviter le «blues hivernal», prenez le temps de prendre l'air au moins 10 minutes par jour pour et offrez-vous, dès que c'est possible, une balade au parc ou en forêt pour profitez de l'énergie du soleil.

3) Avoir une alimentation variée

Veiller à équilibrer son alimentation (fruits, légumes, omega3, vitamines et minéraux).

Mais quand cela n'est pas évident du fait d'un régime, ou de son mode de vie, vous pouvez également faire appel à différents compléments qui viendront compléter ces apports.

Des vitamines sels minéraux et oligoéléments

vitamines A, B, C, D...calcium, fer, magnésium...tous ces micronutriments sont normalement présents dans une alimentation variée. Nos modes de vie impliquent de plus en plus souvent d'avoir recours à des aliments déjà préparés et finalement pauvres en certains de ces micronutriments. Deplus certaines circonstances de vie (stress, maladie...) peuvent aussi augmenter la perte de ces micronutriments.

Face à une fatigue tenance il peut être alors nécessaire compléter ces apports avec des spécialités adaptées.

En fonctions de la nature de vos difficultés et de vos attentes nous pourrons ainsi vous conseiller spécifiquement les formules simples ou plus complètes les plus adaptées.

 

 

De nouvelles formules disponibles permettent de maximiser l'efficacité de ces traitements grâce à l'action complémentaire d'autres éléments, habituellement peu présents dans notre alimentation traditionnelle.

 

 La gelée royale 

Connue depuis l'Antiquité pour ses nutriments essentiels, la gelée royale est réputée pour ses nombreux effets bénéfiques.

Produit de la sécrétion des abeilles ouvrières de la ruche, cette substance est blanche aux reflets nacrés.

Les larves d'abeilles en sont nourries au début de leur vie pour pouvoir se développer. Mais la reine des abeilles pourra, elle, en consommer toute sa vie, d'où le nom de gelée royale.

Son composant principal est l'eau (entre 60% et 70% d'eau). On retrouve également 13% de substances protéiques, dont des acides aminés. Elle contient 14,5% de glucides, dont majoritairement du fructose et du glucose. En quantités moindres, on trouve aussi de la mélibiose, du maltose, du tréhalose, du saccharose et de l'erlose. La gelée royale est aussi composée d'éléments comme les lipides, à 4,5%. Les vitamines sont aussi fortement présentes dans la substance, la vitamine B5 par exemple. Enfin, les oligo-éléments et l'acétylcholine sont des principes actifs également présents.

Elle est ainsi un véritable fortifiant, et parmi ses nombreuses autres propriétés, elle permet de lutter contre la fatigue, l'épuisement et même contre l'état dépressif.


Les plantes

De très nombreuses plantes issues, ou non de la pharmacopée, peuvent être très utiles contre les états de fatigue.

Il est ainsi possible de les retrouver des associations dans différentes spécialités pharmaceutiques, ou bien en gellules sous forme simple.

Certaines participeront à vous apaiser, nous vous conseillons ainsi notamment

L' aubépine

anxiété, nervosité, troubles du sommeil, l'aubépine est traditionnellement utiliser pour favoriser la régulation du sommeil.

 

et

Le rhodiola

anti-déprime, anti-fatigue, résistance au stress, le rhodiola est traditionnellement utilisé pour augmenter la résistance au stress

 

D'autres plantes comme le ginseng le maté ou le kola … vous ferons bénéficier de leurs propriétés énergisantes.

4) La cure détoxifiante

Les abus de table de ces derniers jours peuvent également entamer votre dynamisme. En effet, l’accumulation de toxines dans le corps, et notamment le foie, a un impacte sur notre métabolisme ce qui peut être source de fatigue.

Dans ce cas là, l'organisme réagit moins bien et devient bien plus sensible aux agressions.

Différentes méthodes permettent de faire une cure détoxifiante.

Le jeûne est la plus connue, mais la plus délicate. Différentes formes de jeûne existe, sur une journée dans la semaine, sur plusieurs jours, voir associé à la marche par exemple. Si l’expérience vous tente il sera conseillé de vous faire accompagner par des personnes expérimentées. Mais bien mené, c’est une source de renouveau incroyable.

Toutefois, ce type de cure n'est pas toujours adapté a notre mode de vie ni à nos besoins énergétiques. Les plantes détoxifiantes offrent alors une alternative.

Les plantes (artichaut, radis noir, pissenlit, bardane…) sont prises seules ou en association, souvent pendant une période d'environ 3 semaines.

Elles permettent de favoriser l élimination des toxines (déchets du métabolisme organique) en stimulant les organes qui chassent les toxines, comme le foie, les reins, surtout, mais aussi les intestins, la peau et les voies respiratoires.

Attention cependant à associer à la prise de ces plantes un régime alimentaire adapté.

On évitera ainsi la consommation de sucre sous toutes ses formes, et de matières grasses saturées (animales).

On privilégiera les fruits et les légumes, les farines complètes, le poisson et les viandes blanches.

Important : boire beaucoup (au moins 1,5L/jour) de l’eau peu minéralisée (qui ne fatigue pas les reins).

Important : toujours bien mâcher… pour une digestion optimale.